Une terre d’appartenance, être photographe de nature à Lyon

By

Une terre d’appartenance,  être photographe de nature à Lyon.

 

Lorsque l’on fait face à l’œuvre d’un artiste, se pose la question des origines de sa vocation, de ses influences, forcément multiples et diverses, mais aussi de ce qu’il tire de l’endroit d’où il crée, qui est parfois aussi l’endroit qui l’a vu naître, ou dont il se sent l’enfant.

 

 

Je ne parlerai pas ici de racines, au sens restrictif et nationaliste du terme, plutôt sentiment diffus mais néanmoins réel et puissant de faire partie d’une région ou d’un paysage, que celui-ci nous ait vu naître ou qu’on l’ait choisi comme terre d’appartenance. Le sentiment d’appartenance à un lieu semble n’obéir à aucune logique rationnelle, simplement on se trouve dans un lieu, donné ou choisi, et l’on a soudain le sentiment d’être chez soi, enfin, chez soi, dans un endroit où tout résonne avec les fibres internes de notre être, où l’on se sent, pour la première fois en accord intime avec un paysage et une manière d’être, un havre de paix et  d’harmonie.

 

Pour moi, la région lyonnaise est ainsi, mais cela aurait pu être une autre si mon histoire avait été différente. Ma famille paternelle a des origines a dans la région lyonnaise, et en particulier dans les Monts du Lyonnais[1], depuis la fin du XVème siècle. Mais j’ai aussi par ma mère des origines bourguignonnes, lorraines ou normandes, entre autres.

Et pourtant, c’est à Lyon et dans la région autour que je ressens des attaches de nature intime, que je me sens  en accord  profond avec les gens et le paysage. La région de Lyon m’a nourrie, intellectuellement, socialement et affectivement et il n’est pas innocent que ma vocation de photographe de nature soit née précisément à  Lyon, et particulièrement dans les Monts du Lyonnais.

 

Dans ce paysage de douces collines, de lieux  verdoyants et intimes ou de vues majestueuses, j’ai senti une profonde nécessité de témoigner de la beauté de cette région méconnue, je me suis sentie en si complet accord avec ce qui m’environnait que ce paysage fait désormais partie de moi et que je fais partie de lui, dans une sorte d’osmose amoureuse. Je retrouve ici même les mots du peintre et calligraphe chinois Shitao, parlant de sa relation au paysage qui l’entoure en tant que peintre :

 

 

 

: » Il y a cinquante ans, il n’y avait pas encore eu co-naissance de mon Moi avec les Monts et Fleuves, non pas qu’ils eussent été valeurs négligeables, mais je les laissais seulement exister par eux- mêmes. Mais maintenant les Monts et Fleuves me chargent de parler pour eux ; ils sont nés en moi, et moi en eux. J’ai cherché sans trêve des cimes extraordinaires, j’en ai fait des croquis, monts et fleuves se sont rencontrés avec mon esprit, et leur empreinte s’y est métamorphosée, en sorte que, finalement ils se ramènent à moi, Dadi. »

 

Shitao, Les propos sur la peinture du moine Citrouille –Amère, traduit et annoté par Pierre Ryckmans, Plon, 2007, p. 76.

Ces mots de Shitao décrivent bien pour moi les liens qui peuvent s’établirent entre un artiste, peintre, graveur ou photographe, et un paysage, dont l’artiste essaye de rendre compte. Je parle pour mes Monts et pour ma ville, je suis leur interprète et même temps que leur âme- sœur, ils font partie de moi comme je fais partie d’eux, en un tout indissociable.

 

Et en même temps, je me sens l’héritière de ceux qui ont œuvré à Lyon et dans la région avant moi, en tant qu’artistes représentant la nature, en particulier de cette école de peintres nés  au XIXème siècle et au début du XXème siècle[2], et qui ont formés une partie de mon goût et de ce que je suis en tant qu’artiste.

 

En effet, les peintres de paysages lyonnais, que l’on voit immortalisés au début du XIXème siècle dans le tableau de Jean- Antoine Duclaux[3], « La halte des artistes à l’Ile- Barbe » (1824), sont à l’origine d’une partie de ma vocation d’artiste et de mon regard de photographe.  Je leur dois en particulier mon goût pour la lumière et ses différents traitements, qu’ils ont eux- même reçus en héritage de la peinture hollandaise du Siècle d’Or (qui est aussi une de mes références principales en peinture)[4].

 

En effet, comment ne pas penser devant des tableaux de Louis-Hector Allemand[5], de François Vernay[6] ou de François -Auguste Ravier[7] à la lumière et aux rendus particuliers des peintres hollandais, même si ces peintres-là ont subi, évidemment, d’autres influences. Louis- Hector Allemand se réclame en particulier de Jacob Van Ruysdael[8], et cela  se sent dans sa peinture.

 

Cette approche de la lumière chez les peintres lyonnais les fait se  rattacher aussi, à mon avis, dans le droit fil de leurs inspirations des écoles du Nord, à la peinture luministe[9]. En effet, le traitement de la lumière chez Louis- Hilaire Carrand[10], par exemple, comme chez les luministes belges, emprunte à la fois au mouvement impressionniste  la lumière diffuse, fractionnée et ressentie et au réalisme du dessin et de la représentation.

La peinture lyonnaise de cette époque, particulièrement Vernay, Carrand et Ravier, mais aussi Allemand (qui cite Théodore Rousseau[11]), se veut proche de l’école de Barbizon[12] et préfigure en quelque sorte l’impressionnisme, même si elle s’en distingue sur plusieurs points.

 

Cette approche de la lumière et du paysage m’a beaucoup influencée et je suis  particulièrement sensible aux ciels changeants, aux reflets dans l’eau et aux paysages intimes et verdoyants. Une approche aussi un peu romantique de la nature, que l’on peut retrouver également dans l’école lyonnaise, fait également partie de mon bagage artistique et de mon regard de photographe.

 

Ainsi, on voit que même je suis issue, en tant qu’artiste et photographe, d’influences diverses et pas uniquement lyonnaises ou françaises, l’endroit où j’ai choisi de vivre m’a influencé et m’influence durablement dans ma vocation et mon devenir professionnels. Mais ma terre d’appartenance est aussi la nature toute entière et j’inscris mon  art et ma vie dans la communauté de destins de l’espèce humaine en général, je suis aussi citoyenne du monde dans son ensemble.

 

Pour ceux qui voudraient voir mon œuvre de photographe, voici mon site :

 

https://lucilelongre.com/   et ma galerie en ligne  https://www.flickr.com/photos/lucilelongre/albums

 

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Monts_du_Lyonnais

[2] Voir notamment le catalogue d’exposition du musée Paul -Dini,  Voyages en paysages, par monts et vallées, lacs et forêts, de 1830 à 1910, Villefranche- sur Saône, 2009.

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Duclaux

[4] Pour cette influence, voir le catalogue d’exposition du musée des Beaux- arts de Lyon, Paysagistes lyonnais :1800-1900,  Lyon, 1984, ainsi que le traité sur la peinture du peintre lyonnais Louis- Hector Allemand, Causeries sur le paysage, Lyon, 1877 , où Hector Allemand rappelle à plusieurs reprises l’influence de la peinture hollandaise sur son propre travail.

[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis-Hector_Allemand

[6] https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Vernay

[7] https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-Auguste_Ravier

[8] https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacob_van_Ruisdael

[9] http://www.universalis.fr/encyclopedie/luminisme-peinture/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Luminisme

[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Carrand

[11] https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odore_Rousseau

[12] https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Barbizon

Publicités